Pierre Thibault, sieur de la Gourmonière, sénéchal de la baronnie de Mauléon en Poitou

Partager :

FacebookTwitterEmail this page


L’éparpillement et la destruction des archives de Mauléon n’aident pas pour se faire une idée claire de la vie quotidienne dans la cité au 17e siècle ou même au 18e jusqu’à la Révolution. La découverte ici et là de quelques mentions d’individus ayant vécu à Mauléon est propice à se lancer en quête d’informations à leur sujet.

C’est le cas de Pierre Thibault.
On rencontre son nom incidemment dans des actes notariés des années 1640 relatifs à une autre famille peu connue de Saint-Aubin-de-Baubigné, les Gaynard des Roberdières.
Dans ces actes, Pierre Thibault est cité d’abord comme sénéchal de Mauléon, sieur des Gourmonières, puis en 1667, comme avocat au parlement, sénéchal et seul juge ordinaire civil et criminel de la ville et baronnie de Mauléon.

Pour faire court, le sénéchal avait des pouvoirs assez larges en matière de justice, de fiscalité, et de questions militaires. C’était un officier du roi ou du seigneur des lieux, une sorte de représentant du pouvoir, que l’on peut comparer à un maire. C’était un personnage central dans les petites villes du monde rural.

Pierre Thibault en tant que sénéchal et juge était donc un des notables les plus en vue à Mauléon entre 1645 et 1670. Mais qui était-il exactement puisqu’il n’a laissé que quelques traces très éparses dans les archives ?

Son contrat de mariage avec Gabrielle Babin daté de 1653 à Fontenay-le-Comte, éclaire un peu le personnage et sa famille. Comme la plupart des sénéchaux ayant gouverné Mauléon avant et après lui, il n’est pas natif de la ville. Mais il y a vécu au moins le temps d’assurer sa fonction de sénéchal.
Il est le fils du greffier de Montfaucon (la Gourmonière se trouve à Montfaucon-Montigné dans le Maine-et-Loire), Jean Thibault et de Françoise Boucher (1587-1675). Pierre Thibault et Gabrielle Babin semblent n’avoir eu qu’une fille, Angélique, unique héritière de sa mère.

Le frère cadet de Pierre, Jean, succède à son père comme greffier de Montfaucon et épouse Charlotte Hullin.

Il est aussi très vraisemblable que l’oncle de Pierre était Jacques Thibault, greffier de Mortagne-sur-Sèvre. Son fils est qualifié de sieur de la Gourmonière. Sa petite fille Angélique se marie à Nicolas Roquet de Maulévrier. Dans leur descendance on croise les Rocheton, les Couraudin, les Poupard (soeur du président du Directoire des Deux-Sèvres en 1792-1793), les Cossin, etc. autant de familles en rapport avec Châtillon-sur-Sèvre.

Plus globalement, cette famille Thibault est restée dans l’Histoire sous le nom de Thibault des Pinières (ou de La Pinière). Marguerite-Jeanne arrière-petite-nièce du sénéchal de Mauléon sera condamnée à mort par les Républicains et guillotinée le 26 janvier 1794.
Le neveu de ce même Pierre Thibault a lui été assassiné en 1728 à Beaurepaire (Vendée) au cours d’une pitoyable histoire de jeu et de vengeance. Le détail de l’enquête est accessible sur internet à l’initiative de Michel THOBIE :

http://regnault.barre.juire.free.fr/assassinat_sieur_pintroliere_1728.html

Xavier MAUDET © 2020