Carrosserie Matignon de Mauléon (79) à Cholet (49), une discrète aventure automobile

Partager :

FacebookTwitterEmail this page


Ce superbe véhicule est un autocar présumé carrossé à Mauléon (79) par l’entreprise Matignon.
La base est un Berliet PCK7 et l’immatriculation date de 1937.

Les spécialistes de l’histoire automobile des Deux-Sèvres semblent être passés totalement à côté. La Carrosserie Matignon ? Son nom ne figure pas dans le livre « La Mémoire de l’automobile » de Jean-Luc Ribemon qui consacre pourtant tout un chapitre aux constructeurs des Deux-Sèvres. Il y est logiquement question de Gaston Barré (qui, précisons-le, est Choletais), constructeur à Niort, d’Adrien Morin et de sa marque Tuar, de la sportive Venturi et de l’incontournable Heuliez. Mais pas du Mauléonais Matignon.

Les Matignon étaient originaires de Tigné dans le Maine-et-Loire.

La famille Matignon n’affiche certes pas le même pedigree de charrons que le voisin Heuliez de Cerizay. Son aventure dans cette spécialité ne démarre que vers 1840 quand les Heuliez se sont lancés 60 ans plus tôt. Il n’empêche, les Châtillonnais réussiront à développer une belle affaire jusqu’à la seconde guerre mondiale, date à laquelle nous les perdons de vue. Une légende locale les disait inventeurs de la cabine photographique Photomaton. Si leur attribuer l’invention de cette jolie machine est fantaisiste, les Matignon n’en ont pas moins été d’habiles et d’ingénieux fabricants dans le domaine de la mécanique.

Originaires du Maine-et-Loire, leur aventure dans l’automobile a vraiment été impulsée à Saint-Jouin-sous-Châtillon vers 1841, date à laquelle Henri Matignon, né en 1813 à Tigné, prend pour épouse Fécilité Marais. Lui est charron à Saint-Jouin ; elle de 7 ans sa cadette, est femme de chambre à Châtillon. Elle est originaire de La Membrolle-sur-Longuené (Maine-et-Loire).

Cette photo d’atelier aurait été prise en 1939 peu de temps avant l’installation de la SIF.


Si le père du marié, Louis-Pierre Matignon exerçait son art comme fabricant de bas à Tigné, les garçons choisissent la voie de la fabrication de véhicules hippomobiles puisque le frère du jeune marié exerce la même activité à Vihiers.
En 1847 nait un premier garçon dans le foyer d’Henri Matignon à Saint-Jouin. Il se prénomme Henri-Louis-Marie. Suivent René-Louis (1852) et Charles-Henri (1855). Une fille, Marie-Louise, aînée de la fratrie, a vu le jour en 1842.
Au milieu du 19e siècle, les Matignon sont encore qualifiés de charrons. C’est René-Louis que l’on découvre le premier comme « carrossier ». Il se marie à Marie-Augustine Hufteau à Châtillon le 22 septembre 1886. Un an plus tard nait un fils, Henri-Auguste-Ernest que l’on croise adulte sous les drapeaux, à la guerre 14-18. De retour à Saint-Jouin, il est qualifié de mécanicien mais une facture en témoigne, dès 1911, il fabrique déjà des voitures à Châtillon (Mauléon).

L’équipe des ouvriers de Matignon avant leur installation rue de l’Hôpital à Saint-Jouin.


On prête aux Heuliez l’initiative d’avoir importé dans les campagnes poitevines « arriérées » la technologie des roues caoutchoutées pour les charrettes anglaises. Le premier modèle est présenté et vendu en 1923 à la Foire de Cerizay. Sauf que Matignon propose ses « roues caoutchoutées et voitures anglaises en blanc et peintes et garnies » dès 1922. Peut-être même plus tôt encore, mais nous ne disposons pas de facture antérieure à celle qui prouve l’adoption de la roue caoutchoutée par le fabricant Châtillonnais avant son concurrent Cerizéen.
Hélas, si Matignon est aussi inspiré que son confrère cerizéen, il n’aura pas la même réussite.

En 1922, les Matignon proposent déjà la roue caoutchoutée.

Au début du siècle, les Matignon assemblent des véhicules hippomobiles, des automobiles et même des cars. Leur atelier, localisé par le BRHAM, se trouvait juste en face de l’hôpital. C’est sans doute eux qui l’ont fait construire en blocs béton, et, étonnement, sur pilotis. En 1926, on voit la marque châtillonnaise décrocher un premier prix au concours d’élégance automobile de La Baule pour un véhicule Peugeot carrossée dans l’atelier châtillonnais. La Baule porte chance. Matignon en revient avec un premier prix pour une voiture de sport et un premier prix en toutes catégories.
On sait qu’elle emploie encore des ouvriers à Saint-Jouin en 1936, notamment Léon Fabien (né en 1910), les deux Henri Matignon père et fils, Monique Rouseau (1921, elle n’a donc que 15 ans), Jules Bousseau (1909), Henri Durand (1871, 65 ans, forgeron), Félix Augereau (1904), Alfred Guilloteau (1904), etc.
C’est à l’époque de ces succès que la Carrosserie Matignon, « Fabrique de voitures en tous genres (voitures de luxe et de commerce) » déménage à Cholet, sans doute vers 1937.

L’entête annonce un joli palmarès à La Baule.

Peut on avancer une raison qui explique ce départ et cette prise de risque de manquer de main d’oeuvre qualifiée ? Proches du maire de Châtillon de l’époque, Emmanuel Carteau, les Matignon auraient été victimes d’une manière ou d’une autre des malversations du premier magistrat. Les Matignon auraient été appelés à éponger les dettes du voisin indélicat et ami.
Celui-ci avait ouvert un magasin de véhicules d’occasion boulevard Van-Iseghmen à Nantes ( « à l’enseigne jaune et bleue » ) : « Ouest Occasion ».
« Aux environs de 1931« , rapporte le Journal d’Alger (la presse a largement relayé la « faillite Carteau« ), M. Emmanuel Carteau, 56 ans, fondait à Nantes, sous l’appellation « Ouest-Occasion », une société anonyme ayant pour but l’achat, la vente et la réparation des automobiles d’occasion.« 
C’est alors que les escroqueries du Châtillonnais ont lieu.
« La plupart des ventes étant faites à crédit et donnant lieu à l’établissement de traites tirées sur les acheteurs, raconte encore la presse, Carteau se fit admettre à l’escompte, jusqu’à concurrence d’un million de francs par le « Credit Moderne ». Tout se passa régulièrement jusqu’au jour où des acheteurs, toujours plus nombreux, refusèrent les traites. »
C’est à ce stade que le maire de Châtillon en exercice (il avait été élu en 1929) dérape. Il fait croire à la banque, par du faux en écriture, que les traites ont été acceptées. Alerté après plusieurs plaintes, le parquet instruit le dossier Carteau lequel liquide sa société en janvier 1935. Trois mois plus tard, le tribunal de Nantes inculpe le maire de Châtillon pour tentative d’escroquerie, faux et usage de faux dans un trafic de voitures d’occasion. Outre l’émission de chèques sans provision, l’enquête a montré qu’il contrefaisait l’écriture et la signature de ses clients.
Emmanuel Carteau est condamné à une peine d’amende de 5 000 F et trois ans de prison avec sursis. Mais le jugement est rendu en l’absence de l’intéressé. En effet, l’édile, directeur d’un négoce de grains et de fourrage à Châtillon, mais aussi de voitures d’occasion à Nantes, n’a pas attendu la sentence du tribunal correctionnel de Nantes. Il a quitté le territoire et sa belle maison située près de l’hôpital, presque en face des ateliers Matignon. Carteau a fuit.

Les journaux de l’époque évoqueront à plusieurs reprises cette affaire d’escroquerie impliquant un maire.


On le dit en Angleterre un jour, en Espagne un autre jour. Il n’est en tout cas pas sur ses terres de chasse qu’il possède aux Epesses et aux Herbiers. Il se trouve en réalité 17 bis rue Clauzel à Alger (Algérie). C’est là que les services de la Sûreté l’interpellent quatre ans plus tard. Présenté au parquet, il est écroué dans la foulée. Quel gâchis pour un homme qui avait démontré de grandes qualités lors de son passage à l’armée et même à la guerre 14-18. Sur ses papiers militaires on peut lire que « ce soldat extrêmement dévoué, au front depuis le début de la campagne, a toujours fait courageusement son devoir. » Il reçoit la Croix de Guerre. Il a même été récompensé en 1933 par le Gouvernement « pour service rendu aux oeuvres post-scolaires« . Elu maire de 1929 à 1935, Emmanuel Carteau est remplacé par Henri Couturier, son prédécesseur (1925-1929).

C’est donc à l’époque de cette affaire que l’entreprise Matignon quitte Mauléon pour Cholet.

Une fois partie, la Carrosserie Matignon est remplacée en 1939 par la Société Indépendante de Télégraphie sans Fil (SIF). L’historien de CSF-Thales, Emmanuel de Chambost, raconte qu’en « juin 1940, la SIF fabrique du matériel émetteur-récepteur radioélectrique et des lampes d’émissions pour les principales administrations françaises (AIR, Aéronautique Maritime, Marine, PTT, Radiodiffusion nationale, Guerre). De même que l’usine SFR de Levallois s’est repliée en juin 1940 à Cholet, l’usine de Malakoff fut repliée à Saint-Jouin dans les Deux-Sèvres, dans une usine acquise en 1939 où travaillaient déjà 100 ouvriers. Vers le 20 juillet 1940, une inspection dans les Deux-Sèvres est effectuée par le Capitaine Wutzler, des services économiques de l’hôtel Majestic (MBF, Wehrwirtschaf und Rünstungsstab). Une réquisition portant sur tout le matériel existant est signifiée à Belmère. Wutzler indique de façon formelle que la société doit renvoyer au plus tôt ses ouvriers à Malakoff et rouvrir l’usine dans les plus brefs délais. La remise en marche des ateliers demanda plusieurs mois. L’usine de Saint-Jouin sera fermée purement et simplement. Le 17 décembre, un ordre écrit prescrit d’achever la fabrication de certains matériels en cours de construction. A la Libération, Gault expliquera que, confrontée à l’exemple de Radiotechnique chez qui les Allemands avaient emporté la moitié du matériel de fabrication, la SIF considéra qu’elle n’avait pas les moyens de s’opposer frontalement aux exigences allemandes.« 

La SIF contrainte de quitter les lieux, ce sont les apprentis mécaniciens de l’aérospatial Bouguenais (SNCASO) qui investissent les lieux. Ils partent finalement aussi en direction de Nantes. Les pâtes alimentaires Body s’installent alors. L’entreprise quittera à son tour les lieux pour aller prendre ses quartiers à Cholet, route du Puy-Saint-Bonnet. C’est dans ce même atelier Matignon de la rue de l’Hôpital que les Barattes Guery vont connaître leur développement à partir de 1964.

Cet atelier sur pilotis donnant sur la rue de l’Hôpital abritera Matignon, la SIF, les Pâtes Body, les barattes Guery,
une entreprise de confection..

Une fois installée dans le Maine-et-Loire, la Carrosserie Matignon relance son activité. Elle est implantée place du Champ de Foire (siège social ?) et 6 à 12 rue Moulin (ateliers ?). Dans les années 1937-38, la société tout juste installée à Cholet réclame de la main d’oeuvre, sans doute parce-que tous les ouvriers châtillonnais n’ont pas pu suivre le mouvement. La société multiplie donc la publication de ses annonces dans les journaux locaux, notamment « Ouest Eclair », pour trouver des ouvriers qualifiés. L’entreprise recherche de « bons » voire « très bons » tôliers, des garnisseurs, des menuisiers, ferreurs, forgerons, formeurs, peintres, etc.
On la trouve encore mentionnée à la rubrique Carrossiers de l’annuaire du Maine-et-Loire de 1943. Puis, nous perdons la trace de l’entreprise après guerre. Une photo d’un car attribué à la Carrosserie Matignon laisse penser que l’activité a survécu après-guerre au regard des lignes futuristes à couper le souffle du véhicule. Nous n’en savons hélas pas plus.
Un des derniers représentants connus de la famille est décédé en 1993 à Aurillac. Il s’appelait Henri-Joseph-Ernest-Emmanuel Mauléon. Il était né en 1913 à Mauléon.

A noter enfin que la Carrosserie Matignon-Charrier, reprise par Tortu avant 1905, et qui existait à Saumur n’avait absolument rien à voir avec les carrossiers Matignon de Mauleon-Cholet.

Xavier MAUDET © 2020

Notes : Cet article n’a pu être écrit qu’à la lumière et grâce au travail de recherche complémentaire au nôtre d’Yves Maudet, bénévole et historien de l’association le BRHAM de Mauléon (79). C’est lui notamment qui nous a communiqué les illustrations, le recensement des ouvriers, des éléments historiques sur l’atelier, la SIF, l’affaire Carteau, etc. Merci aussi Mickaël Leclerc, historien, (Cholet) pour son aide. Benoit Gruhier de l’association des autocars anciens de France nous a aidés à préciser le modèle et la date de mise en circulation de l’autocar Matignon présenté en préambule de cet article.

Peut-être des lecteurs en savent-ils plus sur la Carrosserie Matignon et ont des illustrations à partager.
Contact : mauleon.autrefois@lafavriere.fr

Sources complémentaires : http://siteedc.edechambost.net/CSF/SIF.html

Illustrations :
Les photos d’atelier ont été prises par M. Bardin. Arrivé à Saint-Jouin en 1939 ; il était ingénieur à la SIF et devait préparer l’arrivée de toute la SIF à Châtillon Saint-Jouin.