Catégorie : Uncategorized

L’église primitive de Saint-Jouin-sous-Mauléon, Saint-Basile

Tout les Mauléonais connaissent aujourd’hui l’église de La Trinité et celle de Saint-Jouin. La première était l’église abbatiale fondée par les seigneurs de Mauléon. La seconde est celle fondée par les moines bénédictins de Saint-Jouin-de-Marne. Disparue à la Révolution, il existait une petite église et une cure appelés Saint-Pierre près des Halles actuelles. Enfin, une quatrième église, utilisée juste après la Révolution comme unique survivante des destructions à Châtillon (celle de Saint-Jouin n’avait pas été détruite) était dédiée à Saint-Melaine. Elle se trouvait dans la rue qui porte ce nom. Ce qui est moins connu c’est qu’outre la chapelle Saint-Martin

Continuer la lecture

Mazure, le parcours d’un Châtillonnais épris de Lettres et de Voltaire

« M. J.-F. Mazure, né à Paris en 1776, passa les premières années de sa vie dans une ville de Vendée, où son père occupait une charge honorable dans les finances » écrit Adolphe Mazure dans la nécrologie qu’il rédige après la mort de son oncle, inspecteur général d’université et écrivain . Pour être un peu plus précis, Armand-Louis-Jacques Mazure (1743-1801) est contrôleur des vingtièmes à Châtillon-sur-Sèvre en 1788. Natif de Jarzé en Anjou où il a vu le jour en 1743 dans le foyer d’Armand-Jacques et de Jeanne Guyot de la Rousselière, il est marié à une Suisse de

Continuer la lecture

Quand le curé de Périgné découvre enfin la quadrature du cercle

Laurent Potier-des-Laurières est un auteur deux-sévrien peu connu. Voire pas connu du tout. Il a pourtant laissé une somme de travaux savants, un brin improbables, sur la Voie lactée, la quadrature du cercle, les marées, etc. S’il est démontré que « chercher la quadrature du cercle » (et la trouver enfin) est une quête impossible, il a fallu tout de même 3 000 ans pour s’en convaincre. Jusqu’en 1882, date à laquelle le sujet a été définitivement clos, bien des savants se sont échinés à résoudre l’énigme. Non sans entendre ou lire les sarcasmes de leurs contemporains. C’est ce qui est

Continuer la lecture

Le Choletais Tessié du Motay, inventeur et terroriste

Nul n’est prophète en son pays. C’est peut être ce que s’est dit un jour Cyprien-Marie Tessié du Motay (ou de la Motte) dont l’historiographie locale n’a pas retenu le nom. Entre sa naissance à Cholet en 1818 et son décès en 1880 à New-York, ce Choletais aura pourtant connu une vie aussi riche que palpitante, parfois aussi, fort aventureuse. A Cholet, son père, dont la famille était originaire du Saumurois, n’est pas n’importe qui. Epoux de Victoire Virginie Tharreau de la Brosse (fille de gros négociants en toiles et mouchoirs de Cholet), Cyprien Tessié-Tharreau a été nommé maire de Cholet de 1830 à 1838. Il

Continuer la lecture

René-Pierre-François Morand (1744-1813)

Il existe peu d’écrits d’auteurs châtillonnais datés d’avant la Révolution. L’un des rares ouvrages que nous connaissons a été écrit par un docteur en médecin, René-Pierre-François Morand (1744-1813). Cet homme est instruit, lettré et doué d’un talent d’écriture indiscutable. Né au Temple (à l’ancienne commanderie des Templiers que possèdent ses parents), il est le fils de René-Pierre Morand de la Roussière, avocat au parlement et fermier de la commanderie du Temple, et de Jeanne-Louise Moreau. Le fils Morand a une soeur mariée à Guitton de Maulévrier, une autre épouse de Chauvière de la Pagerie, ancien président de l’élection de Châtillon.

Continuer la lecture

Le château du Bois-Fichet à Mauléon, de 1350 à nos jours

Le nom de la famille Petit est attaché depuis au moins le début du 15e siècle à la seigneurie du Bois-Fichet de Mauléon (Saint-Jouin). Mais ces seigneurs de la Guierche (Saint-Amand) et de Saint-Mesmin n’ont pas toujours possédé ce domaine d’existence très ancienne. Le premier propriétaire connu est le vicomte de Thouars. C’est à cette puissante famille, propriétaire de la châtellenie de Mauléon, que les Clisson semblent avoir acheté au milieu du 14e siècle les terres des Deffends et donc du Bois-Fichet qui en dépendent. Clisson était seigneur de La Garnache, de Montaigu, de Châteaumur, de Palluau, des Deffends, etc.

Continuer la lecture

Le comte de Pontis, qui se voulait « né à Châtillon » (inédit)

L’escroc qui se disait natif de Mauléon « Chef de bataillon, comte André-Pierre de Pontis de Sainte-Hélène, né le 24 novembre 1774, à Châtillon-sur-Sèvre, département des Deux-Sèvres, fils de Pierre de Pontis, comte de Sainte-Hélène, et de demoiselle de Linière d’Aubusson de la Feuillade… » Inutile de rechercher l’acte de baptême de cet homme dans les registres paroissiaux de Châtillon (Mauléon, 79). Non seulement ces précieux documents ont tous été détruits au moment des guerres de Vendée ; mais surtout, cette naissance n’a jamais existé. Tout est faux. Le père, la mère, le patronyme ronflant ne sont que pure invention. L’auteur de

Continuer la lecture