Catherine Girard de Mauléon, épouse Pic de la Mirandole (1462)

Le célèbre Jean Pic de la Mirandole était un petit cousin de Catherine Girard, de Mauléon.

Pic de la Mirandole est une célèbre et riche famille italienne. Un des membres les plus connus de cette parentèle était un brillant philosophe. Il s’appelait Giovanni Pico della Mirandola (1463-1494) dans sa version originale et Jean Pic de la Mirandole sans sa version francisée. Malgré sa mort prématurée à l’âge de 31 ans, cet homme est resté dans l’Histoire par ses activités de philosophe et de théologien humaniste. Né et mort en Italie, ce Pic de la Mirandole reste très éloigné de la vie mauléonaise. Alors pourquoi s’attarder à ce patronyme ?

Eh bien parce qu’à l’époque de ce “phénix de son siècle“, une jeune mauléonaise s’est mariée et a vécu avec un Pic de la Mirandole, Italien, lui aussi. Catherine Girard est la fille de Jacques Girard, écuyer, noble, né à Mauléon, homme d’armes en la ville de Blaye dans le Bordelais.
Cette demoiselle se marie à un certain Scipion Pic, le 14 mai 1462, à Blaye. Le marié, fils légitime du comte de La Mirandole et de Concordia en Italie, n’est plus tout jeune avec ses 37 ans et son vécu. Nous ignorons l’âge de sa promise.
Scipion Pic est le quatrième enfant de François, comte de la Mirandole et grand-oncle du philosophe. Il est venu d’Italie pour rejoindre les armées du roi Charles VII où il est devenu capitaine. A la prise de Blaye par le roi de France, Scipion Pic montre beaucoup de bravoure devant l’ennemi anglais. Souffrant de plusieurs blessures et donc dans l’impossibilité de retourner dans sa patrie, il se fixe à Blaye en 1451. En récompense de ses services, le roi Louis XI lui accorde un don de 3 000 livres et divers revenus d’abbayes.
En 1470, Scipion Pic de la Mirandole et Catherine Girard de Mauléon ont un fils. Ils le font baptiser et le prénomment Nicolas. Capitaine ordonné à la garde de la ville de Bourg en Guyenne en 1488, il épouse en secondes noces Catherine de Vintimille. Leur fils Romain sera syndic et maire de Blaye, procureur au parlement de Bordeaux et juge ordinaire de Blaignac.
Dans les décennies qui suivent, les Pic de la Mirandole deviennent Pic de Blaye. En 1650, un Charles Pic de Blaye, descendant direct des comte de Mirandole, est aubergiste à Labouheyre.

En rejoignant Blaye, Jacques Girard et sa fille Catherine n’ont pas éteint la lignée à Mauléon. D’autres Girard, sans que nous ne soyons encore en mesure de les rattacher à ces personnes, ont noué diverses alliances, la plupart du temps avec les notables les plus importants de la ville : les Massoteau, Boutillier de Belleville, de Faye, Hillerin, Maugrain, Gillebert, Jouault, etc.

Xavier MAUDET© 2020